Skip to main content
Contribution to Book
Réinventer l'art d'oublier et de se faire oublier dans la société de l'information?
La sécurité de l'individu numérisé. Réflexions prospectives et internationales. (2008)
  • Antoinette Rouvroy
Abstract
Ce qu’il nous intéresse d’explorer à travers une réflexion sur le « droit à l’oubli » dans la société de l’information, c’est la manière dont les nouvelles technologies – et les formes inédites de production du savoir et de constitution de la mémoire qui les accompagnent - instigatrices de changements culturels, transforment les processus de « subjectivation » ou de développement par l’individu d’une personnalité qui lui soit propre. L’enjeu de ce détour, plus philosophique que juridique, est fondamental pour le droit: puisque l'auto-détermination, ou le libre développement de la personnalité se trouvent être les concepts clés des régimes de protection de la vie privée et de protection des données, il s'agit de repenser, dans la société de l'information, comment le « sujet » ou le « soi » se constitue dans le temps, peut « s’autodéterminer » à travers, ou malgré la persistance, sous forme digitalisée, de traces de ses moindres faits, gestes, émotions, choix,...et l’intensification du contrôle, de la surveillance, du profilage, et de la banalisation des pratiques individuelles spontanées peu compatibles avec la préservation par l’individu de sa propre vie privée. Nous voulons soutenir que l’une des conditions nécessaires à l’épanouissement de l’autonomie individuelle est, pour l’individu, la possibilité d'envisager son existence non pas comme la confirmation ou la répétition de ses propres traces, mais comme la possibilité de changer de route, d'explorer des modes de vie et façons d'être nouveaux, en un mot, d'aller là où on ne l'attend pas. C'est bien ce « droit à une seconde chance », la possibilité de recommencer à zéro (que consacre déjà le droit à l'oubli lorsqu'il impo- se par exemple l'effacement des mentions de condamnations pénales, après un certain temps, du casier judiciaire) qu'il importe de restaurer ou de préserver non seulement pour les personnes ayant purgé une peine criminelle mais pour l'ensemble de la population dès lors qu'augmente la capacité de mémoire digitale. “C'est dans les dossiers des archives de la police que se trouve notre seule immortalité”, écrivait Milan Kundera dans Le livre du rire et de l'oubli. Une immortalité que la notion d’ “individu numérisé” paraît étendre bien au-delà des archives de la police.
Keywords
  • Data retention; profiling; surveillance; right to be forgotten; subjectivation; privacy
Disciplines
Publication Date
April 11, 2008
Editor
Stéphanie Lacour
Publisher
L'Harmattan
ISBN
978-2-296-07612-9
Citation Information
Antoinette Rouvroy. "Réinventer l'art d'oublier et de se faire oublier dans la société de l'information?", version augmentée du chapitre paru, sous le même titre, dans La sécurité de l'individu numérisé. Réflexions prospectives et internationales. Ed. Stéphanie Lacour. Paris: L'Harmattan, 2008. 249-278. Available at: http://works.bepress.com/antoinette_rouvroy/5